Publié par Un commentaire

Sandrine Dufils : Daytona – Une Française au départ

En 2001, Sandrine Dufils, au guidon de la mythique Yamaha TZ350, est la seule Française au départ de la course de l’ICGP de Daytona. De son aventure est né un court métrage qui a été projeté au French Riviera Motorcycles Festival en février dernier. Pour nous aider à surmonter le confinement, le festival a mis en ligne des liens permanents vers les films projetés dont celui relatant son aventure : Daytona – Une Française au départ 🤗

Crédits Photos : Sandrine Dufils

Si vous suivez un peu l’actu des femmes en deux-roues, vous avez certainement déjà entendu parler de Sandrine Dufils, une grande blonde aux yeux bleus qui parle avec conviction de sa passion : la moto. Vice présidente de Toutes en Moto, membre du comité féminin de la FFM qui organise la Women’s Cup, Sandrine Dufils est de tous les événements qui mettent les motardes à l’honneur.

Crédits Photo : Women’s Cup

Le deux-roues, Sandrine Dufils est tombée dedans à 14 ans, quand son père a enfin accepté de lui offrir un 103 Peugeot pour parcourir les routes de Normandie où elle est née.

A 18 ans, elle passe son permis gros cube. On est en 1986, Sandrine Dufils est la seule femme sur le plateau et elle se rend vite compte que les femmes sont rares parmi les motards.

5 ans plus tard, avec son premier salaire, elle se paye sa première moto : une Virago 250. Elle est maintenant à Paris et son deux-roues est son unique moyen de transport. Journaliste pour France 2, il lui permet de décrocher les scoops avant les autres qui se trainent en voiture.

Sandrine Dufils et les petroleuses
Crédits Photo : Sandrine Dufils

Lors d’un week-end sur le circuit de Lurcy Lévis, elle découvre Les Pétroleuses, un groupe de filles qui roulent en moto sur la route mais aussi sur circuit. Sandrine Dufils monte sur la California 1000 d’un ami et se lance sur la piste avec les autres femmes. Elle attrape immédiatement le virus. Elle emprunte les motos à gauche à droite pour participer aux roulages puis elle s’achète sa première moto piste : une Honda 350 rouge.

Sandrine Dufils au guidon de sa moto Honda 350
Crédits Photo : Sandrine Dufils

A rouler sur les circuits, elle rencontre d’autres pilotes dont le Français Eric Saul. Après une belle carrière en Grand Prix, ce dernier a créé l’ICGP, l’International Classic Grand Prix, le championnat des motos Grand Prix des années 1974 à 1984.

Sandrine Dufils a alors l’occasion de poser ses fesses sur la fameuse Yamaha TZ 350, le bicylindre le plus rapide mais aussi le plus imprévisible des championnats du monde entre 73 et 81 … Révélation, la blonde parvient à dominer le monstre.

Sandrine Dufils au guidon de la moto Yamaha TZ  350 à Daytona
Crédits Photo : Sandrine Dufils

Après quelques tours de piste à Carole, elle accepte un défi fou. Aux côtés de l’homme qu’elle aime, elle décide, elle aussi, de participer à l’ICGP. Sandrine Dufils aime les défis, elle attaque par le célèbre circuit de Daytona en Floride, un anneau de 4 km surélevé dont elle parle encore avec passion : « La-haut, tu joues avec le vent ».

Cette aventure, Jean-Michel Legros l’a mise en image dans le court métrage : Daytona – Une Française au départ. Un plongeon de 7 minutes au milieu des motos et des pilotes qui ont fait la légende des Grands Prix,